Numérique

COVID-19 : Appel au renforcement des mesures de sécurité

03 avril 2020

1. CYBER-SÉCURITÉ : SOYEZ VIGILANTS !


Malgré les campagnes de sensibilisation destinées aux chefs d’entreprises, les phénomènes des escroqueries, notamment aux faux virements (FOVI) perdurent sur l’ensemble de la région. La généralisation du télétravail due au confinement profite aux cybercriminels pour augmenter leurs champs d’actions. Au sein des entreprises, le nombre de demandes de changement de RIB sont en hausses et laissent présager des tentatives de fraudes. Retrouvez ci-dessous toutes les recommandations.
 

  •  Manières d’opérer 

 

La manière d’opérer est similaire à celle des faux ordres de virements (FOVI). Elle s’articule en trois temps :

  • RÉCEPTION PAR L’ENTREPRISE D’UN MAIL : L’entreprise ciblée reçoit un mail, qu’elle pense être d’un de ses fournisseurs habituels, lui demandant de régler une prestation. Cependant, l’adresse mail a été piratée.
  • CHANGEMENT DE RIB : Le cybercriminel indique à l’entreprise qu’il a changé de RIB et lui demande de verser l’argent sur un autre compte dont il fournit les références.
  • VERSEMENT DE L’ARGENT : L’entreprise, croyant avoir à faire avec sont fournisseur habituel, verse l’argent sur le compte bancaire frauduleux.


Ce phénomène est connu depuis longtemps et sévit depuis plusieurs années. Les entreprises, actuellement désorganisées par le confinement et la généralisation du télétravail, ne peuvent plus suivre leurs process de vérifications habituels.

 

De plus, l’impossibilité pour les entreprises de faire des chèques, du fait que les personnes habilitées à signer soient confinées, laisse supposer que le recours aux virements va s’intensifier les prochaines semaines dans l’urgence, sans aucun process de vérifications.

 

Il est également à craindre une recrudescence de la fraude dite « au président », du fait du contact par téléphone entre les personnels.
 

 
 Conduite à tenir 

En prévention, redoubler de vigilance et rappeler l’obligation de suivre le protocole en matière de virement même si celui-ci peut-être modifié en raison des circonstances.

Si vous êtes victimes, la priorité est le blocage des fonds, l’action auprès de la banque est donc déterminante.

Avant tout dépôt de plainte, la victime (représentant légal de la société) doit appeler son agence bancaire, EN URGENCE, pour qu’elle puisse interrompre le virement et empêcher le départ des fonds. 

Pour le dépôt de plainte (à la gendarmerie ou au commissariat du lieu d’implantation de l’entreprise), la victime devra obtenir :

  • Les numéros de comptes bancaires destinataires des virements (IBAN complet)
  • La manière d’opérer des escrocs
  • Les mentions, les dates, nombres et montants de chaque virements, les coordonnées complètes des comptes destinataires et émetteurs
  • Les noms et coordonnées de toutes les personnes ayant eu des contact avec le ou les escrocs
  • Les copies des Kbis et des spécimens de signatures afin de vérifier qu’elles n’ont pas été usurpées
  • Copie du protocole de validation des ordres de virements internes à la société ou entre la victime et sa banque s’il existe.

 

 
Les Cellules de Prévention Technique de la Malveillance se tiennent à votre disposition pour toute demande de renseignements complémentaires :

  • Pays de la Loire / Loire-Atlantique : cptm.bspp.rgpl@gendarmerie.interieur.gouv.fr ou 02.28.24.14.18
  • Maine-et-Loire : cptm.ggd49@gendarmerie.intérieur.gouv.fr 
  • Mayenne : jacky.lecroc@gendarmerie.interieur.gouv.fr 
  • Sarthe : cptm.ggd72@gendarmerie.interieur.gouv.fr
  • Vendée : cptm.ggd85@gendarmerie.interieur.gouv.fr

 
 Pour toute urgence faites le 17.

Pour toutes informations liées à la cybersécurité : Cybermalveillance.gouv.fr a pour missions d’aider les entreprises, les particuliers et les collectivités victimes de cybermalveillance, de les informer sur les menaces numériques et de leur donner les moyens de se défendre.

 

2. IMMOBILIER : PRENEZ VOS DISPOSITIONS !
 

 Opération Tranquillité Entreprise 

L’opération tranquillité entreprises (OTE) bénéficie aux professionnels désireux de sécuriser leur locaux professionnels. Elle vous permet de signaler à l’unité de gendarmerie ou de police territorialement compétente la fermeture temporaire de votre établissement ou tout événement exceptionnel (réception de matériaux de valeurs, passages suspects…), au moyen d’un formulaire spécifique. Si vous souhaitez adhérer à OTE, inscrivez-vous auprès de la brigade de gendarmerie ou du commissariat de police le plus proche en remplissant et en y déposant l’imprimé suivant :

Nos Autres
Actualités
Voir toutes nos actualités